Miam !

1 t-shirt érotico-intello

Y a des moments, dans la vie, où je regrette de ne pas m’appeler Emmanuelle…

 

Nul besoin de s’appeler comme Sylvia Kristel dans le film de Just Jaeckin pour porter ce t-shirt, certes. Mais à mon avis, c’est plus drôle. Et plus sexy. Quoiqu’il en soit, les Emmanuelle authentiques comme les simulées seront inspirées de porter cette merveille avec un jean au moins bootcut, taille haute, brut, et des compensées en cuir naturel : quitte à évoquer les années 70, autant ne pas y aller avec le dos de la métaphore, pas vrai ?

 

emmanuelle

 

T-shirt « Emmanuelle », L’Ecole des femmes, 29$

 

 

En bonus, les affiches collector du film érotique qui révolutionna le genre, la mode, la déco, et une certaine idée du plaisir :

59772

MovieCovers-9051-93460-EMMANUELLE

Capture d’écran 2014-09-04 à 11.31.46

emmanuelle-4-poster_428794_32391

emmanuelle-3---goodbye-emmanuelle-poster_143922_18195

 

Rhaaaaaaaaaah…

Xo

F.

 

PS : j’aurais une mère qui s’appelle Emmanuelle, et dont l’anniversaire tomberait bientôt, je suggèrerais au moins l’idée à mon beau-père. (Private clin d’oeil)

Partagez ce post !
Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

1 A votre avis ?

    * mentions obligatoires. Votre adresse mail ne sera pas publiée.

  1. admin - Il y a 3 années

    hmmm/////

Ca pourrait vous plaire...

671771_main

Miam !

Un t-shirt pour les jours sans

– « Comment ça va ? » – « Oh, t’sé pas lire ?!? » Et en plus, il est beau comme l’arc-en-ciel sur le point de se lever entre nos deux oreilles.

Encore !

image1xxl-3

Miam !

Des baskets disco

Oui, je suis très baskets en ce moment. L’été, je ne fais aucun effort des pieds. Fuck les talons, free the feet, et remettez-moi des sequins,…

Encore !

5630001001_2_3_1

Miam !

Des baskets pointues

Kendall Jenner en a, Lily Allen en a, Miu Miu en fait, donc évidemment, j’en veux. Et si ça se trouve, à la fin de la semaine, je trouve même ça…

Encore !
Copyright 2015 Fiona Schmidt / Tous droits réservés / Design par Gaya et Paul Orzoni