Des hauts et débats, WTFashion

Comment j’ai failli devenir Health Goth

Gothique, végétarien et sportif : ce n’est pas une antinomie, c’est une tendance, qui résume l’humeur de l’époque. Plus pointue que le normcore, plus portable que le sea punk, le health goth est la nouvelle sous-culture américaine à suivre.

 

doubletop-nggid042478-ngg0dyn-700x1050x100-00f0w010c010r110f110r010t010-tt-width-400-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

The Haute Pursuit

 

J’avoue : au début, je me suis dubitatée. Pour moi, les gothiques sont une espèce à mitaines et fond de teint Smecta qui subsiste au fond des classes de SVT jusqu’à la majorité. A dix-huit ans, soit on arrête le Movida couleur myrtille, le death metal et les pique-niques dans les cimetières, soit on devient Tim Burton, quoi qu’il en soit, l’âge adulte est une sanction suffisamment sévère pour qu’on ne l’aggrave pas avec un abonnement dans un club de gym, et des choux de Bruxelles vapeur à tous les repas.

Si ?

Eh ben si. A Portland, en tout cas. C’est dans cet Etat du Nord-Ouest des Etats-Unis, où l’on passe l’année à attendre l’été qui dure un quart d’heure, qu’est né le mouvement health goth. Ainsi depuis quelques mois, le producteur de musique Johnny Love (sic), son porte parole le plus actif, prêche que les hédonistes en Lycra turquoise n’ont pas le monopole de la bonne santé : on peut être cynique, voire sinistre, et brouter son hectare de salade après sa séance de gym, tout de streetwear noir vêtu(e). Gothique, et tonique. Mal dans son âme, mais bien dans sa peau. Gwyneth Paltrow, samplée avec Marylin Manson.

Le concept me parle, évidemment. D’abord parce que je cherchais justement un prétexte pour porter mon cycliste Alexander Wang pour H&M, qui ressemble un peu à une capote pour les jambes en dehors d’une salle de sport. Ensuite, parce que je suis contre l’optimisme, qui n’est jamais que l’antichambre de la désillusion – et puis le nihilisme est plus chic que la gaieté, sans quoi Le dormeur du val de Rimbaud aurait eu la gueule de Oui Oui. Ensuite bis, parce que j’adore Rick Owens, le créateur dark aux biceps comme des enjoliveurs Mercedes, fashion idole des Health Goths. Enfin, parce que j’ai entamé la trentaine, or si je ne veux pas m’embourgeoiser du cul, il est temps d’arrêter le Nutella et de commencer le truc, là, avec les pédales et les roues… Le vélo : c’est ça.

 

health-goth-tt-width-815-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

 

«Toi, faire du sport ? Amour, t’as une crampe en faisant tes lacets !», me diffame mon mec, cet optimiste incurable qui n’a même pas besoin d’attraper un bus pour se mettre à courir – au moins sur PlayStation. Je hausse une épaule, lestée par un poids de 10 kilos : la bible du health goth dit qu’on attrape pas des muscles en regardant ses haltères, faut les soulever (c’était donc ça, le truc !). Après une heure de sport – en année chien, mais quand même -, je me sens comme une canette de RedBull vide : même mes tatouages ont l’air épuisé. Je tends la main vers un Snickers rassérénant, hélas, Johnny Love interdit d’ingérer tout aliment qu’on ne puisse pas fabriquer soi-même dans sa cuisine. Je croque une carotte, en regrettant l’époque Sea Punk où j’avais peut-être l’air d’un vieux Petit Poney, mais que je pouvais me nourrir normalement de Dragibus et de chips en amiante.

 

(c) Ellen Von Unwerth, nellyrodilab.com

manifesto-analixxx-tt-width-600-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

Manifesto – Analixxx

screen_shot_2014-10-16_at_65638_pm1-tt-width-601-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

Capture d’écran 2014-12-03 à 17.12.51

NVR

ded-4-tt-width-600-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

dead-5-tt-width-600-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

ded-3-tt-width-600-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

Dead Studio, la marque créée par Johnny Love (sic)

10259755_830548760311913_8398369915969929379_n-tt-width-527-height-600-fill-1-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

L’esthétique healthgoth : streetwear noir et blanc, cagoules et masques qui leur donne des airs de cyborgs, muscles saillants et tatouages méchants : j’adore !

Partagez ce post !
Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

A votre avis ?

    * mentions obligatoires. Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ca pourrait vous plaire...

Copyright 2015 Fiona Schmidt / Tous droits réservés / Design par Gaya et Paul Orzoni