Fiona l'exploratrice

Les vraies bonnes nouvelles de la semaine #1

Prince est mort, Donald Trump et Cyril Hanouna toujours pas, il fait un temps à enrhumer un poisson rouge… mais la vie vaut quand même la peine d’être vécue cette semaine, parce que :

 

LA SAISON 6 DE GAME OF THROOOOOOOOOOOOOOOOONES !!!

giffage-9

giffage-8

giffage-11Meurs pas, Tyrion, meurs pas, meurs pas…

 

Olympia Le Tan vend un sac à moins de 15€

Ce cabas, inspiré de son fameux sac MILK, fait partie de la très jolie capsule que la créatrice a signé pour Uniqlo. Edité à 2000 exemplaires, il a été brodé à la main par des femmes réfugiées en Malaisie, auxquelles les bénéfices de sa vente seront reversés. Raison de plus pour courir chez Colette, où la collection est dispo en avant-première, la carte bleue entre les dents.

 

0000012264506_img_9909Tote-bag en coton, Uniqlo x Olympia Le-Tan, 14,90€

 

ca16bdi100Minaudière Uniqlo X Olympia Le-Tan, 850€, en pré-commande

 

 


175763_00_246N271A_A1_S

 

175763_09_246N271A_A1

 

175766_00_246N271D_A1_S

 

175765_11_246N271C_A1_S

 

175765_00_246N271C_A1_S

 

175764_09_246N271B_A1_S

débardeurs en coton imprimé, Uniqlo X Olympia Le-Tan, 14,90€

 

167596_00_246N270A_A1_S

 

175752_69_246N270B_A1_S

 

175753_00_246N270C_A1_S

 

175754_01_246N270D_A1_S

 

175756_00_246N270F_A1_S

 

175754_68_246N270D_A1_S

 

175757_00_246N270G_A1_S
T-shirts en coton imprimé, et à manches hyper bien coupées qui ne te font pas les bras comme des jarrets, Uniqlo X Olympia Le-Tan, 14,90€

 

Retrouvez toute la collection dès le 2 mai sur l’eshop et dans les magasins Uniqlo.

 

 

Picoler fait officiellement rajeunir

Je vulgarise certes un peu l’information… N’empêche que le bien nommé Anti-AgIn, distribué en Angleterre, est distillé avec du collagène, une protéine impliquée dans le renouvellement cellulaire et l’élasticité de la peau, et dont la production par le corps humain diminue dès l’âge de 25 ans. Oh, je vous entends déjà me rabattre la joie que si l’alcool avait un effet anti-âge, Renaud ressemblerait à Benjamin Button et pas à une couille de dinosaure… N’empêche que vous me remettrez un gin-fizz, parce que je le vaux hips !, bien.

 

Capture d’écran 2016-04-26 à 20.26.20

 

 

Charlotte Olympia se lance dans l’athleisure wear

Après sa jolie collection pour Havaianas, la créatrice anglaise avec laquelle je partage le goût de l’imprimé léopard, des chats et du kitsch girly signe une mini collection de vêtements de sport pour la marque anglaise Bodyism.

Le résultat m’a coupé le souffle. Et sera vendu sur le site de Bodyism début mai, à partir de 75£.

Merci, mon Dieu, ou le DRH du paradis.

 

charlotteolympia-bodyism-250416-04

charlotteolympia-bodyism-250416-02-1

charlotteolympia-bodyism-250416-01-1

charlotteolympia-250416-05-1

 

NB : un jour, je vous avouerai que je me suis mise au sport à cause de la mode. Sans déconner : depuis un mois, je fais 40 minutes de sport par jour, rien que pour sortir en athleisure wear (on ne dit plus « sportswear » les chéries, y a des bus qui vont en ville, duh !)

 

 

Les tatouages seront bientôt effaçables

Des étudiants en chimie biomoléculaire de la NYU ont mis au point une encre éphémère, effaçable sans passer une douzaine de fois par la douloureuse case laser. Personnellement, je trouve que c’est une mauvaise nouvelle, car je trouve que les tatouages de jeunesse font partie de l’histoire de la personne qui les porte (et les remords, de la vie). Et puis un tatouage n’est pas un pin’s, bon sang ! Quand on le choisit, on l’assume ! (Je sais, je suis un peu « Chasse, pêche, nature et traditions niveau tatouages », pardon…)

 

w-korea-may-2012

 

 

Le cannabis est légalisé

… en tout cas, par la mode, et par Hollywood. Ce qui apportera sans doute de l’eau au moulin de Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d’Etat pro-bédave, qui planche sur sa dépénalisation en France.

Si Rihanna et Miley Cyrus n’ont jamais caché leur passion pour le jardinage, Alexander Wang et le créateur new-yorkais Baja East leur consacrent leur prochaines collections, Vanessa Hudgens affiche sa ma(rijean)nucure au dernier festival de Coachella, Snoop Dog se lance dans l’épicerie fine, Whoopi Goldberg, dans la cosmétique qui se fume, et pour célébrer la journée de la weed, le 20 avril, Adidas s’est même associé au sneakers store californien Bait pour vendre une édition ultra limitée d’une Stan Smith en chanvre baptisée « Happy ». Même la très snob créatrice de bijoux Jacquie Aiche fait tourner sa collection « sweet leaf » dans les boutiques les plus huppées des Etats-Unis.

 

alexander-wang-fall-2016-420_o5xux9

_ARC0043Alexander Wang FW 2016
bajaeastBaja East FW 2016
MJ_Packaging_110515-12
MJ_Packaging-89Caramels fins, bonbons et tablettes de chocolat, Leafs by Snoop
Adidas-4_20Stan Smith « Happy », Adidas
Capture d’écran 2016-04-25 à 19.00.02@Vanessahudgens

 

feature4-1_4-14-16-4451b25522afdfaaClutch Sweet Leaf en serpent naturel et cuir, Jacquie Aiche, 2000$
feature4-3_4-14-16-0c044fbeb6104b38Bracelet  Sweet Leaf en or et diamants, Jacquie Aiche, 850$

 

 

 

La barbe de hipster est out

Selon le Wall Street Journal (eh ouais, je lis pas que les paquets de Pepito, moi…), le retour des joues rasées de frais est en marche. Pile au moment où les baisers de hérisson sentant le plat du jour commençaient à bien faire.

 

Channing-TatumChanning Tatum, ultra rasoirrrrrrh…

 

Le cheveu du dimanche matin est le nouveau carré wavy

 

Depuis que Marc Jacobs a fait défiler ses filles coiffées comme des carbonara, le cheveu d’avant-hier est ultra tendance, ce qui nous fait gagner une bonne heure de sommeil le week-end. Pour pratiquer, c’est très simple : la veille, avant  de nous écrouler de nous coucher, on passe une noix de sérum hydratant dans les cheveux, on cuve on dort, et le lendemain, on attrape un Doliprane, une jolie barrette, et on la colle où on peut, plutôt devant, et sur le côté. Merci Marc, tu es un génie.

 

_MIC0646

_MIC0644

_MIC0641

_MIC0583

 

Je vous entends hurler, mais j’aime assez la bouche lendemain de cuite, aussi (pas les deux en même temps, quand même, on n’est pas Courtney Love).

 

Bonne semaine déjà très entamée* les amours !

(C’était la bonne nouvelle bonus 😉

F.

Partagez ce post !
Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

9 A votre avis ?

    * mentions obligatoires. Votre adresse mail ne sera pas publiée.

  1. merrygoroundgirl - Il y a 2 années

    Ouuuh ça y est, je suis en boucle sur LA nouvelle pour moi, Charlotte Olympia qui se lance dans l’athleisure wear. Puis-je louer un mari quelque temps pour qu’il m’achète toute la collection? Haha.
    Et voilà la news qui aurait ravie ma mère pour les tatouages il y a quelques années, quand je voulais me faire tatouer comme un chanteur emo. Ca lui aurait évité les crises cardiaques avant de savoir que j’avais finalement la phobie des aiguilles.

    • Fiona - Il y a 2 années

      @merrygoroundgirl : « tatouée comme un chanteur emo », j’adore ! L’expression, et le fait de l’être moi même 😉 Quant à la collec’ Charlotte Olympia… Entre celle-ci, la collection qu’elle a signée pour Havaianas et sa collection perso, c’est trois maris chacune qu’il nous faudrait.

  2. PPCC - Il y a 2 années

    J’ai changé d’écran je peux même plus voir tous tes hahaha 🙁
    Par contre, c’est pas totalement faux ce que je dis 😉
    Hey nan, pas Toy Story hein, je suis une adepte de la secte de M. Patate, je fais la collection <3

  3. PPCC - Il y a 2 années

    Les vraies bonnes nouvelles… Que ça fait du bien!
    Quand j’étais en primaire je voulais être prof ET journaliste (oui, je sais), je tenais un super concept de JTT des bonnes nouvelles, sans guerre sans rien, mais JPP m’a piqué mon concept… Pardon pour l’anecdote, ton titre m’a fait penser à ça direct.
    Je suis en train de zieuter Uniqlo, je kiffe 🙂 par cnotre, put*** je suis amoureuse de Toys’ story et des moomins mais ça va me surbébéiser </3
    La barbe j'adore moi 🙁 pas celle hipster mais la barbe de trois jours sexy genre oups j'ai pas eu le temps de me raser…
    Je serai pas dans la canna tendance, je ne fume pas, je déteste ça et j'aime pas du tout le style… Que ce soit sur des rastas, des gamines de 17 ans ou des mannequins qui ont le même poids que leur âge… Bon. Des chaussettes à la limite…
    Les tatouages, on n'y touche pas, je suis vieille France là dessus. Le concept est naze…
    Autant la crème dont ils ont parlé oui, mais les tattoos qui s'effacent… On est dans une sale époque ma bonne dame!
    Bisous!

    • Fiona - Il y a 2 années

      @PPCC : « des gamines qui ont le même poids que leur âge » : AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH (et vive mes Moomins, au potentiel mode énorme (alors que Toys story…))

  4. Le blog CashPistache - Il y a 2 années

    ahahah ! j’ai beaucoup ri, dire que je n’avais encore pas lu un de tes articles, honte à moi ! brrrrrr, vilaine que je suis. Bonne fin de semaine (ben voui, on peut le dire un lundi, enfin CE lundi).

    • Fiona - Il y a 2 années

      @Cash Pistache : c’est comme les huîtres ou le parachute ascensionnel, il suffit d’une première fois pour devenir accro 😉 (paraît-il : je ne pratique que les huîtres) Reviens quand tu veux !

  5. Lorelei - Il y a 2 années

    La feuille de cannabis a quelque chose de très esthétique je trouve. J’ai déjà succombé pour une paire de chaussettes aetheasure wear (j’adapte mon fashion vocabulaire, merci Fiona d’actualiser notre OS ♡) imprimé weed, parce que c’est trop chic de ressembler à un mafioso.
    Gros bisous et bonne fumette !

    • admin - Il y a 2 années

      @Lorelei : c’est trop chic, tu as parfaitement raison, et je me fais donc violence pour en porter, alors que la fumette, hélas, ce n’est vraiment, vraiment pas mon truc. J’aurais adoré, comme j’adore par principe tout ce qui est interdit et/ou de mauvais goût (#moutonnoir), mais rien que l’odeur me donne la nausée et des maux de crâne pas possible (ne le répète pas stp, il en va de ma street cred’)

Ca pourrait vous plaire...

Copyright 2015 Fiona Schmidt / Tous droits réservés / Design par Gaya et Paul Orzoni