Tête-à-tête

Les plaisirs coupables de Carolina Ritzler

1200x795-portraits-52-carolinaritz-01-shotby-camillegabarra-1016501_1434303806(c) Camille Gabarra

 

Elle crée des vêtements de rêve pour les femmes qui n’ont pas le temps de dormir.

Elle ouvre aujourd’hui un pop-up store dans la très chic rue d’Alger, dans l’un des arrondissements les plus snobs de Paris, et signe en même temps deux combis à micro prix pour Tati avec Melle Agnès, qui réinvente en ce moment la mode du fameux bazar de Barbès.

Elle aime le même homme depuis dix-huit ans, avec lequel elle a fabriqué trois beaux enfants, elle a appris les bonnes manières dans une école de bonnes soeurs, elle accorde autant d’attention(s) à Vogue, qui l’adore, qu’aux blogueuses dilettantes même pas égéries Jaquemus.

J’ai passé cette femme de goûts à fashion confesse.

 

Le fashion faux pas que je commets régulièrement, et que j’assume

L’oversize. Pas un fashion faux-pas a priori, sauf pour les petits gabarits comme moi. Du coup, je trébuche toujours sur le trench que j’ai créé – et que je porte, donc – quand je cours dans l’escalier. Il est définitivement trop long pour moi, mais je persiste.

Capture d’écran 2016-05-12 à 13.01.08Carolina Ritz SS2016

 

Un fashion faux pas qui devrait être réhabilité

La banane, accessoire iconique des années 80 qui m’inspirent beaucoup, et le baise-en-ville, le sac à main des hommes élégants jusque dans les années 70.

 

image2xxlBanane Reclaimed Vintage – ASOSthe-sleeve-petrol-black.jpgBEV De Rigueur

 

Ne le répétez à personne, mais dans mon dressing, on trouve…

Une paire de chaussons avec des oreilles de chien offerte par mes filles.

image1xxl-3

 

Mon film/ma série de chevet

« Annie Hall » de Woody Allen, tous les films de Hitchcock, Dallas, Drôles de dames, Pour l’amour du risque, Dynasty, Chapeau melon et bottes de cuir… et toutes les séries B vintage qui ont bercé mon enfance.

 

cast-of-dynasty-5Dynasty

 

Mon icône de mode outsider

Les héroïnes des vieux James Bond. Elles sont un peu too much, très sexy, et complètement irrésistibles. Grace Jones dans « Dangereusement vôtre » reste ma préférée.

d78818f45f00370632a6664b88058889

 

Mon fashion péché mignon

La combinaison : un vêtement à la fois spectaculaire et hyper simple, très viril et ultra féminin, qui peut être porté de plein de manières différentes. C’est le vêtement emblématique de ma marque.

Capture d’écran 2016-05-12 à 12.58.56Carolina Ritz SS16

 

Mon adresse de fast fashion préférée

Les fripes.

img_6486

 

Je l’avoue, j’ai très mauvais goût en matière de…

Junk food. D’abord, je ne cuisine pas. Et depuis mon enfance, mon péché mignon, c’est cacahuète grillée entre deux Chipsters. Si en plus, j’alterne avec du Leerdamer coupé en dés, et que j’avale ça devant Koh Lanta, alors là…

chipster-belin

Mon juron favori

« Enflure ! »

 

Si Aladdin me prêtait sa lampe magique, voici les trois voeux que je formulerais :

Ouvrir une boutique Carolina Ritz dans toutes les capitales du monde

Continuer de donner du bonheur aux gens

Chanter dans un bar de jazz, allongée sur le piano, avec un porte-cigarette à la main

hqdefaultMichelle Pfeiffer dans « Susie et les Baker Boys »

 

Mes trois adresses 100% plaisir

David Lucas, mon coiffeur chouchou (20 rue Danièle Casanova, Paris 1er)

Monsieur Bleu, le restaurant du Palais de Tokyo, pour mes rendez-vous pro

Le marché de la rue Poncelet, les dimanche matins

 

 

 

 

Partagez ce post !
Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

1 A votre avis ?

    * mentions obligatoires. Votre adresse mail ne sera pas publiée.

  1. PPCC - Il y a 11 mois

    Chanter dans un bar de jazz, allongée sur le piano, avec un porte-cigarette à la main
    Hahahahahaha j’adore! Longue vie à cette rubrique…

    Et gros coup de <3 pour les chaussons, j'ai le même souci…

Ca pourrait vous plaire...

Copyright 2015 Fiona Schmidt / Tous droits réservés / Design par Gaya et Paul Orzoni