Des hauts et débats

Mais au fait, c’est quoi, un bon citoyen ?

Voter Macron, voter blanc, ne pas voter et faire le jeu du Front National, même pas vrai, sale fasciste, nan c’est toi la sale fasciste, sale libérale, si tu votes pas dimanche tu m’oublies, si tu votes Macron j’te cause plus, si tu votes Le Pen je porte plainte pour amitié mensongère… 

 


giphy-1Une soirée entre amis pendant l’entre-deux tours de la Présidentielle 2017

 

STOOOOOOOOOP ! Lectrices pro-Macron, lâchez donc la carotide des insoumises, abstentionnistes, sortez de votre cachette les mains en l’air*, lectrices pro-Le Pen, merci de gagner les issues de secours situées en haut à droite de cette page, de cliquer sur la petite croix, et de spamer ce blog à tout jamais, buvons toutes un shot de camomille cul sec, et calmons-nous. C’est moi qui commence.

 

Jamais élection ne m’aura autant angoissée, fâchée, consternée, et fait réfléchir. Jamais je ne me serais autant engueulée avec mes proches et mes moins proches, jamais je n’aurais autant parlé, pensé, lu et écrit politique que durant cette interminable campagne. A deux jours de la fin du supplice (car je veux espérer que l’issue du supplice ne sera pas encore plus douloureuse, ma nature farouchement optimiste continue de penser que les Français ne peuvent pas préférer l’écartèlement, l’huile bouillante et la crucifixion au renouveau anxiogène, certes, mais stimulant), à deux jours de la fin du supplice, donc, je suis tellement tendue que je me prends une décharge électrique à chaque fois que je me touche le front.

 

Tenez, là par exemple, je viens de m’engueuler avec Martine, ma boulangère qui m’appelle « ma cocotte » et me file toujours une chouquette avec ma baguette, parce qu’elle m’a annoncé qu’elle n’irait pas voter dimanche, sous prétexte que c’était plié d’avance, qu’elle refuse de choisir entre la peste et le choléra, et que de toute façon, elle ira chez son frère en Normandie pour le long week-end.

 

 

Mastiquant furieusement le quignon encore tiède de cette collabo de Martine (j’ai pas eu ma chouquette), j’étais partie pour haranguer la foule (vous trois, donc), et lui signaler que le fait de mettre sur le même plan l’héritière d’un parti xénophobe, réactionnaire, anti-parlementariste et anti-européen qui se prétend la voix du peuple, et le fondateur d’un parti républicain qui ne doit ses postes successifs qu’à son mérite, c’est insulter la démocratie et cracher sur l’histoire dans le sens contraire du vent.

 

Mais j’ai l’intuition que si j’enfonce encore un plaidoyer de ce type dans votre esprit, il va déborder et gicler sur mes baskets, je me trompe ?

 

J’ai donc lâché ma baguette pour prendre la claviotte et vous faire un chantage au vote, ami-e-s abstentionnistes. J’étais partie pour claviotter sur le thème de la citoyenneté, pour distinguer le bon citoyen de l’ivraie, et brailler en majuscules contre les abstentionnistes militants et contre ceux qui affirment : « Moi la politique, t’façon, ça m’intéresse pas », ce qui revient pour moi à déclarer : « Moi décider du système juridique, économique, social et culturel dans lequel je veux vivre et payer mes impôts, ça ne m’intéresse pas », like in : « Moi avoir deux bras et deux jambes, ça ne m’intéresse pas »…

 

Le problème c’est que pour distribuer des labels de citoyenneté, mieux vaut être soi-même citoyennement irréprochable, sous peine de passer pour un Fillon. Comme mes cours d’instruction civique remontent au milieu des années 90, à l’époque où mon cerveau respirait mal, rapport à la couche de fond orange qui bouchait mes pores, j’ai demandé à Dieu Google ce qu’était un bon citoyen, et voici ce qu’il m’a répondu. (Je pars bêtement du principe que Google est un homme, alors que sassetrouve, c’est une femme, vu qu’il/elle sait tout).

 

Un bon citoyen est civiquement actif. 

Pour cela, il faut : voter (check), même aux élections locales (che… heu… je vote aux municipales, mais j’avoue qu’il m’arrive de fumer des clopes derrières le préau au moment des départementales), faire son devoir de juré (on ne me l’a jamais demandé donc joker), contacter son député sur les questions qui nous intéressent (un ange passe), se porter volontaire au moment des élections pour dépiauter les bulletins (l’ange appelle son cousin), prendre part à des activités citoyennes (le cousin vient avec des potes).

Résultat : 1,5/6. Ca commence mal, mais regardez où en est arrivée Giacinta dans Top Chef

 

Un bon citoyen aide la communauté.

Pour cela, il faut : obtenir de bons diplômes (alors là, double check : deux DEA, un de journalisme, l’autre de cinéma. Bon, aucun des deux n’incite à avoir un vrai métier, donc check simple), travailler dur (trois-quart de check, PARCE QUE CA M’ARRIVE, entre deux scrolls, duh !), s’inscrire à Pôle Emploi quand on n’a pas de travail (check), se tenir informé de l’actualité (check et recheck), participer aux réunions du conseil municipal (l’ange repasse, il avait oublié quelque chose…), aider les sans-abris (check, même si donner une pièce, partager un sourire et un peu de temps entre deux rendez-vous n’équivaut pas à s’engager à la Croix Rouge, à la fondation Abbé Pierre ou aux Restos, donc vas-y mollo sur le check), donner son sang (check), suivre des cours de secourisme (encore toi, l’ange ?!?), créer des emplois (check), rester en bonne santé (check. Même si je me vante un peu, après avoir été malade comme un pou sur la tête de Zidane pendant un mois. Mais bon, check quand même), mettre à jour ses vaccins (Tu passes le bonjour à ta soeur pour moi, l’ange ?).

Résultat : 7,6/10, ça sent la remontada !!!

 

Un bon citoyen protège le futur de sa ville. 

Pour cela, il faut : recycler (baby check, mais c’est la faute à Monsieur Schmidt. Moi j’ai été élevée par un père allemand obsédé par l’écologie, on avait 7 poubelles chez moi à la fin des années 80, rep à ça Nicolas Hulot), faire du compost (eyeroll), ramasser ses déchets (check : quand je jette un mégot par terre, je sens le regard de mon père entre mes omoplates et je ramasse immédiatement), faire attention à la manière et à l’endroit dont on lave sa voiture (j’ai pas mon permis, moins par conscience écolo que par flemme d’apprendre le code Rousseau, j’avoue…), acheter local (demi check : je saupoudre mes fraises locales de baies de goji bio transportées du Japon sans doute pas en vélo électrique),  conserver l’eau (Aheum…), conserver l’énergie (« passez moins de temps sur l’ordinateur et plus de temps à lire », qu’il dit, Wikihow… Ah ouais, et comment je lis dans le noir, ducon ???), utiliser les transports en commun (talk to my scooter).

Résultat : 2/8 #branlée.

 

Soit un résultat final de 11,1/24. Dans un concours de qui a la plus grosse (citoyenneté, donc), je serais recalée direct, sans même passer par le rattrapage, aussi vais-je sagement m’abstenir de faire des leçons de morale à qui que ce soit.

 

D’autant qu’apparemment, s’abstenir, ce n’est pas voter Le Pen.

N’empêche, on ne m’ôtera pas de l’idée que s’abstenir, c’est estimer que la xénophobie, le racisme, l’intolérance et la haine font désormais partie du paysage, et qu’on ne peut rien y faire.

En l’occurrence, si, vous pouvez.

OK, j’arrête.

Et je vais brûler une bougie anti-FN pour que le pittbull enragé à brushing Diminu’tif soit battue le plus sévèrement possible dimanche.

Peace & bienveillance,

Fiona

Partagez ce post !
Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

8 A votre avis ?

    * mentions obligatoires. Votre adresse mail ne sera pas publiée.

  1. bernal - Il y a 4 mois

    plus rien depuis SI LONGTEMPS… doit-on en déduire que vous n’alimenterez plus ce blog ?!! sniffff

  2. MissERichard - Il y a 6 mois

    J’ai un billet à écrire sur « ce sujet » depuis des semaines. un billet qui ne sort pas. de même que le tien je ne le lis qu’aujourd’hui, aka une semaine plus tard. Il y a des sujets comme ça qui se tapissent au fond des bois.

    je ne sais pas si je suis une BONNE citoyenne, je sais en revanche que si nous commencions tous à balayer un peu devant notre porte, la France irait sûrement un peu mieux : consommer local ou au moins français, consommer de façon raisonnée, faire du mieux que l’on peut pour les gestes écolos, donner quelques euros à une personne / famille qui mendie la misère au coin de la rue, juste UNE, mais entamer une relation avec cette personnes / famille et surtout surtout surtout SURTOUT arrêter d’avoir peur, de se cacher derrière l’excuse du manque de temps, et de planquer notre amabilité dans notre poche… Se sourire, nous sourire, partager, échanger, dire bonjour, qu’on soit vieux moche jeune blond les yeux marrons roux jeune drôle vif d’esprit fatigué triste noir homme étranger en quête de sens personnel… OSEF, le sourire appelle le sourire, l’entraide appelle l’entraide, et peut-être ainsi, comme ça, on va vivre ensemble et ça sera déjà pas mal. On ne sera sûrement pas TOUS potes, on restera sûrement sur pleins de désaccords majeurs qui feront que, aux prochaines élections, il y aura toujours des avis divergents… N’empêche que peut-être on arrêtera un peu d’avoir peur, on croira un peu plus en nous (et aux autres) et que, mine de rien, ça fera reculer, l’air de rien, les idées sombres…
    Peut-être que tout commence par un sourire et l’envie d’écouter les autres.

    Kisses Fiona !

  3. HappyLilly - Il y a 7 mois

    J’avais bien compris tout ça comme ça, comme un « revirement » bienvenu. Et nettement plus tôt que bien des gens. D’autant plus que cet accès de citoyenneté qui saisit soudain les électeurs (qui en vrai en n’ont ranafout des autres ni de la France dans laquelle ils jettent leur chewing-gum et autres emballages de clopes en regardant le balayeur noir avec indifférence) m’agace pas mal.
    Je n’ai aucunement pensé que tu voulais imposer, je souhaitais juste discuter le bout de gras. Mes mots ont-ils été malheureux? (ça m’arrive tout le temps! mairdalafin! 😉 )
    Racisme, xénophobie, homophobie et antisémitisme (et puis misogynie aussi) ont toujours fait partie du paysage. Sauf que maintenant, ceux qui braillent avec le loup mal brushé ont l’air de mieux assumer. On peut faire contre, on peut gueuler. Ils gueulent bien eux!

    • Fiona - Il y a 7 mois

      @HappyLilly : ahaha non, t’inquiète, TKT comme disent les jeunes, aucun malentendu entre nous 😉 Je ne sais pas quoi faire avec ceux qui braillent avec le loup enragé brushé par Diminu’tif : ils me terrifient, d’autant plus que comme tu dis, ils braillent désormais sans complexe. Je ne sais pas s’il faut parler avec eux, brailler plus fort en se bouchant les oreilles… Je suis sûre d’une chose en tout cas, c’est qu’il ne faut pas se taire, parce que se taire, c’est renoncer et laisser la haine et la colère gagner, et ça c’est no way.

  4. Béné - Il y a 7 mois

    « S’abstenir, c’est estimer que la xénophobie, le racisme, l’intolérance et la haine font désormais partie du paysage, et qu’on ne peut rien y faire. »
    Mmmh … alors je vais pas m’abstenir, malgré ma réaction première au soir du premier tour, parce que je ne veux pas que Marine le Pen puisse diriger la France. N’empêche que, même si elle n’est pas élue, les millions de personnes qui auront voté pour elle ne vont pas disparaître comme par magie. Donc le racisme, l’intolérance, etc … font désormais bel et bien partie du paysage français ; on peut empêcher son incarnation d’accéder au pouvoir suprême, mais pas d’exister dans la tête et dans le discours de ces gens, voire dans leurs actions. Sans compter que ces discours d’intolérance ont quand même largement contaminé le reste du spectre politique, contribuant à leur banalisation.
    Je sais, ça vend pas du rêve, tout ça.

    • Fiona - Il y a 7 mois

      @Béné : Tu n’imagines pas à quel point ton message me fait plaisir ! Si j’ai réussi à convaincre ne serait-ce qu’une personne d’aller voter pour la démocratie et la liberté d’expression, c’est déjà une bébé victoire. Je suis aussi triste et atterrée que toi que les idées du FN métastasent le débat public et privé. Ca demande beaucoup de courage d’être optimisme et bienveillant, mais je m’y emploie tous les jours. Je leur laisse l’aigreur, la rancoeur et la colère. Je t’embrasse

  5. HappyLilly - Il y a 7 mois

    Enfin un raisonnement! (pas pour toi le enfin, pour tous ces distributeurs d’injonctions).
    Bon par contre, un bon citoyen va voter, ce n’est pas tout à fait juste. Voter est un droit, pas un devoir et à ce titre, on n’est pas obligé de l’utiliser. J’ai récemment fait un devoir de culture générale (oui à mon âge oui – galère): et j’ai vu ces textes publiés par l’Etat qui incitent à voter mais qui n’ont pas d’arguments législatifs. (mon défaut: remettre en cause la source, même quand elle est étatique. Je ne crois pas que les agents rédacteurs des documents soient toujours parfaitement lisses).
    Par contre, payer ses impôts, ne pas rouler sur la mauvaise voie, ni à fond de cale, ne pas fumer sa clope électronique dans les lieux publics etc… Mettre sa ceinture de sécurité. (bon ce ne sont que des exemples) sont des devoirs. (citoyenneté, civisme, incivilités; Tout ça tout ça).
    En outre, non, il ne me semble pas que s’en foutre de la vie politique soit l’équivalent de s’en foutre de son intégrité physique. A mes yeux, il est assez étrange de s’en foutre de la Polis mais en même temps, on peut tout à fait avoir décidé qu’on y changera rien, qu’on n’est pas « là-dedans » (même si on est impacté), avoir des positions complètement anar, ne pas adhérer à la démocratie (et concernant ces deux derniers choix, ce sont des positions très politiques). Bon sang, je me demande si mes mots reflètent bien ce que j’essaie de dire.
    Un citoyen protège le futur de sa ville. Voilà qui est révélateur. On se contrefout des citoyens « hors la ville ». Entre les gens qui pensent que c’est là que se niche le FN (ce qui est aussi faux que juste) et que les gens des campagnes sont soit des bouseux soient des « néo-ruraux bobos », il reste assez peu de place pour les gens « pas de la ville ».
    Je n’ai pas compris comment le citoyen aide sa communauté à l’aide de bons diplômes. C’est quoi un bon diplôme? Est-ce qu’avec mes 2 bacs +5 j’aide ma communauté? Ou est-ce qu’au contraire on l’aide plus en lui vendant du bon pain quotidiennement (un truc sain avec une farine saine dans une boulangerie à des heures pratiques pour tous)? Ou en promenant les chiens des gens qui ne peuvent pas le faire pendant qu’ils sont au boulot? Ou en aidant les mômes à travers sur les piétons? Ou en vidant les poubelles des gens? Est-ce que tu dirai qu’un gendarme, un policier aide sa communauté? Ou la punit? Est-ce que quelqu’un qui a des dipômes en je ne sais quoi et dont le boulot est la fermeture des usines françaises pour en construire d’autres à l’étranger aide sa communauté? Est-ce que l’expat’ aide sa communauté. Et dernière question: quelle acception donner à communauté ici? (je suis d’une méfiance sans fin avec ce terme. je ne te dis même pas quand une blogueuse dit « ma communauté » comme je cesse de le regarder positivement).
    Merci pour ton article qui éveille en moi plein de questionnement.

    • Fiona - Il y a 7 mois

      Dearest @happylilly, je suis heureuse de constater que je suis pas la seule à avoir l’esprit surpeuplé 😉 Je n’ai pas la prétention d’imposer à qui que ce soit ma définition de ce qu’est un bon citoyen, d’où ce recours-clin d’oeil à ce qu’en dit Wikipedia – qui dit beaucoup de conneries, comme chacun sait. Evidemment que le fait d’avoir des diplômes ne t’immunise pas contre l’incivilité, évidemment que tu peux être un citoyen modèle sans avoir jamais foutu les pieds à la fac ! Quand à la communauté, je parle au sens large, citoyen du terme, pas au sens blogueuse bougies parfumées. Je parle de la France, quoi. A travers ce post, j’avais surtout envie de faire un mea culpa, et d’aller au-delà des a priori et autres caillots d’avis plus ou moins éclairés glanés ici et là dans les médias et sur les réseaux. Un peu moins de braillance, un peu plus de bienveillance, bordel !

Ca pourrait vous plaire...

Copyright 2015 Fiona Schmidt / Tous droits réservés / Design par Gaya et Paul Orzoni