WTFashion

Allons enfants de la moderie !

L’engagement politique en faveur d’un candidat ou contre sa politique est depuis longtemps un fashion statement aux Etats-Unis et en Angleterre. Le prêt-à-voter peut-il gagner le coeur des électeurs français ? Certaines marques s’engagent… avec prudence.

 

2331-1059-13589-27227-fullsize(c) Andrzej Sobolewski

 

En Angleterre et aux Etats-Unis, la mode est politisée depuis les années 70 et les défilés militants et t-shirts à messages éthiques des fashion révolutionnaires que continuent d’être Katharine Hamnet et Vivienne Westwood. Yep, les pionniers de la mode éthique étaient des pionnières. Et Stella McCartney, l’une des rarissimes boss du luxe à avoir réussi à (ré)concilier croissance commerciale et fabrication équitable démontre qu’en matière de mode au moins, la révolution demeure un nom féminin.

(Je veux bien qu’on ferme cette parenthèse féminine par une élégante ola…)

 

 

article-2082616-0013AD7000000258-140_634x867Katharine Hamnet rencontre la Première Ministre Margaret Thatcher en 1984, vêtue d’un t-shirt hostile à la politique du Royaume-Uni en matière de nucléaire
Katharine-Hamnett-3Katharine Hamnett en 1987
1117212Vivienne Westwood déguisée en Margaret Thatcher en Une du très chic Tatler, avril 1989
1117266Vivienne Westwood arborant un badge favorable à l’indépendance de l’Ecosse, à la fin de son défilé PE 2015 (c) Peter Trengove

 

Depuis, les créateurs de toute origine distillent régulièrement des messages pro-paix, féministes ou climato-friendly dans leurs collections, mais il semble que l’engagement en faveur d’un candidat à une élection nationale ou contre la politique menée par un élu reste une caractéristique anglo-saxonne.

 

Ce fashion militantisme a même atteint un pic lors de la dernière élection présidentielle américaine. Des poids lourds de l’industrie aux jeunes pousses de la création, en passant par les enseignes de high street comme Urban Outfitters ou Forever21, toute la mode ou presque s’est alors massivement engagée en faveur de Hillary Clinton, via des t-shirts aux messages militants peu équivoques dont j’ai déjà parlé ici. Une prise de position et un appel explicite à utiliser sa carte d’électeur  d’autant plus singulier que la candidature de l’ex-future première présidente des Etats-Unis n’a jamais suscité l’engouement que le candidat Obama avait éveillé par deux fois, en 2004 et en 2008 – Clinton et Trump étaient même les candidats les plus impopulaires de toute l’histoire de la Présidentielle américaine.

 

En France, on attend toujours (ou pas…) que la mode soulève une paupière d’intérêt pour ce qu’il se passe à l’Assemblée nationale. Jusqu’à présent en effet, seules quelques marques de hipsters comme Faux se sont risquées à utiliser l’iconographie des anciens présidents de la République pour les détourner de façon ironique, et surtout pas politisée. C’est ainsi qu’il y a deux ou trois ans, Jacques et Bernadette Chirac étaient soudain devenus le it-Koople placardé sur les torses des barbus à carreaux et des frangées à lunettes Sécu et tatouages mantra de l’Est parisien. Et puis bon, ils étaient passés à autre chose (au jardinage et aux t-shirts crypto-porno, notamment. Whatev’.)

 

Homme_de_parole_sweat

Chirac_BG_Clope_sweat

No_you_cant

Excellent_SarkozyT-shirts, Faux

 

Il semble que la présidentielle 2017 n’ait pas beaucoup inspiré la création française, et les rares allusions à l’élection de demain se contentent d’en rire (jaune), ou s’en tiennent à un coeur avec les doigts métaphorique à la République et à la démocratie participative.

 

T-shirt et sweat-shirts, French Disorder
Broches brodées main, Mâcon&Lesquoy
(c) Rad.co
sweat-faux-nobody-for-presidentSweat-shirt, Faux

 

T-shirts & boxers, Undiz

 

T-shirts, Vote

 

 

 

Comme j’aime me poser des questions (fun fact : j’ai plus d’abdos sur le front qu’au-dessus de la ceinture), je me suis demandé pourquoi tant d’indifférence/de pudeur/de prudence de la part de la fachione française pour la chose publique. Le manque d’intérêt hexagonal pour la politique ? A priori non, puisque le taux d’abstention à l’élection présidentielle, s’il menace de battre des records demain, est toujours nettement inférieur en France qu’aux Stazunis. Par ailleurs, vous me rétorquerez que ce n’est pas parce qu’on vote qu’on s’intéresse à la politique au point d’afficher le visage de son candidat favori sur sa devanture : je vous l’accorde. L’effondrement du militantisme politique en France, peut-être ? Le manque d’intérêt des jeunes -la première cible des marques- pour la politique, ou en tout cas, pour les partis politiques traditionnels ?

 

Aux Etats-Unis, l’élection de Donald Trump avait été suivie d’une vague, que dis-je, d’un tsunami de protestations, catalysées sur les podiums new-yorkais de la fashion week automne-hiver 2017-2018, qui s’est déroulée deux mois seulement après l’arrivée du Cheetos à mèche à la Maison Blanche.

Espérons très fort que la mode française n’aie pas à suivre cette voie dans quelques jours.

 

2331-1100-71082-48932-fullsize(c) Andrzej Sobolewski

 

Partagez ce post !
Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 A votre avis ?

    * mentions obligatoires. Votre adresse mail ne sera pas publiée.

  1. PPCC - Il y a 5 mois

    2 articles en 2 jours? Mais tu as le cerveau et le clavier qui frétillent?!

    Pour répondre juste à la question mode, ça me fait rire, tant que ça reste de la « mode », dommage qu’on n’ait pas de chaussettes avec les cheveux de Marine ou de caleçon costume de Fillon, ils sont un peu frileux, mais je vais me contenter des quelques pièces sympa que tu as dénichées 😉

    Je t’embrasse en bleu, blanc, rouge!

    • Fiona - Il y a 5 mois

      @PPCC : oui, je bouffe des piles au petit déjeuner, tu as vu 😉 ? Les chaussettes avec les cheveux de Marine, pas maaaaal ! J’en avais vu l’été dernier aux Etats-Unis avec la mèche de Trump, mais il est vrai qu’ils se ressemblent un peu… Et un caleçon costume de Fillon, meilleure idée ! XXX

Ca pourrait vous plaire...

Copyright 2015 Fiona Schmidt / Tous droits réservés / Design par Gaya et Paul Orzoni