Le burn-août ? Mais si, vous savez, cette série de crises de nerfs piquées pendant les vacances, au moment où l’on est censé se détendre… Premier épisode : faire entrer son appartement dans un rectangle à roulettes à peine plus grand d’un timbre poste…
 
699568_20151226175125852_sbig
 
J’écris ces quelques lignes d’une main en bouclant mon dernier papier de l’autre, à califourchon sur une valise qui ferme toujours aussi mal depuis la première fois que je me suis promis d’en changer, en 2005.
 
Je crois vous l’avoir dit ici et là : je suis tétraplégique de la valise – et de l’organisation en général. Dans un monde idéal, je pourrais manger ce que je veux sans prendre un gramme, mais surtout, je vivrais avec trois Super Nanny dans le dos, qui rangeraient mon appart’, mon agenda et ma vie, pendant que je continuerais à faire du air shopping sur ASOS et à simuler mon premier roman. J’aurais l’air d’une Tortue Ninja samplée avec Shiva, mais je partirais en vacances l’esprit zen. Tandis que là, j’ai l’impression que Primark a organisé le premier jour des soldes à l’intérieur de ma tête.
 
Ce post est donc dédié aux septembrières ou aux late-aoûtiennes. Les gars, voici une liste de Do&Don’t spécial valise, inspirée des situations que j’ai vécues, et que je revivrai. Pitié pour vous : faites ce que je dis, mais je faites surtout pas ce que je fais.
 
DO : une liste des choses à ne pas oublier : passeports, médocs, pilule, recharges iPhone, enfants en bas âge, parent âgé… Une seule liste, à un seul endroit bien visible, scotchée au frigo ou sur la porte d’entrée, par exemple.
 
DON’T : des nano post-it de pets mentaux mal collés partout (ex : “haricots, tapioca réglisse ?, passeport, mdc h.” (qu’est-ce que ça veut dire, putain ?!?)), ou griffonnés sur des magazines que l’on finit par jeter, ou des factures que l’on finit par payer (non, je déconne. Vous risquez néanmoins de les perdre si comme moi, vous vous servez de vos factures comme marques pages, dans des bouquins que vous oubliez dans le métro).
 
DO : confier un double de sa clé à une personne de confiance.
 
DONT : confier un double de sa clé à une personne de confiance QUI PART EN MÊME TEMPS QUE VOUS. (Ce détail est important, comme je m’en suis aperçue de retour de Corse, en sonnant pendant une semaine chez ma voisine.)
 
DONT bis : mettre les clés dans sa valise, surtout si on a 5 escales. Vaut aussi pour la pilule, les médocs importants, l’ordinateur, le chat…
 
DO : prendre des culottes. Et des soutifs, si on a de quoi les peupler. J’ai fait un Koh Lanta du slip au Sri Lanka avec celui que j’avais sur moi, croyez-moi, je recommencerai pas.
 
DON’T : prendre votre sèche-cheveux professionnel, votre lisseur et votre fer à repasser de voyage (EH BEN QUOI ?!? On peut pas être bordélique et maniaque, sur ce blog ?!?) C’est lourd, et souvent, on en trouve facilement sur zone, surtout si on part dans des zones pas trop affectés par le sous-développement, comme Saint Tropez, Londres ou même Berlin.
 
DO : prendre le shampooing spécial cheveux colorés, ternes, cassants, fins, rêches et secs, celui que notre mec utilise comme gel douche.
 
DON’T : prendre 10 tubes de crèmes solaires (avec après-soleil à part), du savon, du gel douche, 12 boîtes de Doliprane et des Tampons (et du PQ, aussi ?) si on va à Saint Tropez, Londres ou même Berlin. En cherchant bien, y en a sur place.
 
DO : emporter des souliers plats (plutôt des espadrilles ou des tongs que des rangers cloutées).
 
DONT : emporter des talons, surtout compensés, qui pèsent un cheptel de veaux morts dans la valise et aux pieds.
 
DO : couper une mèche du chat, pour la sniffer pendant les crises de manque.
 
DON’T : raser le chat, même s’il va beaucoup nous manquer.
 
DO : porter le(s) bijou(x) au(x)quel(s) on tient le plus sur soi, et tant pis si ça bipe sous le portique.
 
DON’T : glisser sa boîte à bijoux précieux dans la valise, au dernier moment, dans la poche de devant (l’année dernière, la mienne a fait une David Copperfield : avait à Naples, avait plus à Paris, dis donc !)
 
DO : mettre les trucs les plus lourds en dessous (en sexe, c’est le contraire #moyenmnémotechnique)
 
DON’T : prendre des robes en soie qui se froisse dès qu’on cligne des yeux et qui se tâchent dès qu’on pense au dîner. C’est un coup à passer l’été en mode Pollock.
 
Bon, j’aurais encore des kilomètres d’exemples à vous donner, mais faut vraiment que j’aille remplir mes poumons de l’odeur du chat.
On se retrouve ici fin août, et même avant si je retrouve mon ordinateur dans ma valise (LOLILOL).
 
D’ici là, si vous me cherchez, je serais sur Instagram et sur Snapchat, pour vous faire partager mon road trip dans l’ouest des Etats-Unis, avec homme et belle-fille.
 
Sans-titre-3-01
 
Bonnes vacances les amoooooours !
Fiona
 
SamanthaAngelo5