Je me soupçonne de travailler comme un dealer le 31 décembre uniquement pour le plaisir de lâcher prise de façon radicale et joyeuse, un peu comme Thelma et Louise à la fin du film du même nom (en un peu moins radical quand même, histoire de rentabiliser mon nouveau maillot de bain).

 
Avez-vous déjà ressenti ce plaisir proche du Nirvana ? Quand on a des couilles de retraité sous les yeux, le cerveau en mode edge et une conversation uniquement constituée de consonnes ? Quand on est épuisée comme une capote à la fermeture du Dépôt ? Et qu’on a l’impression d’avoir accroché le miroir de la salle de bain à l’envers, quand tout d’un coup, bim : vacances ?
 
Oh, le déclic du coffre du Uber, dans lequel on peine à hisser une valise aussi déglinguée que sa mine… Mmmmh, le chuintement des portes automatiques du Terminal A1… Rhââââh, l’odeur du tarmac sous la pluie glacée, dernières effluves de Paris qui se mêlent déjà aux notes de tête des vacances : oxygène stérilisé, fauteuils en simili cuir et poulet-curry en plastique de l’avion… Avez-vous remarqué comme l’exotisme a toujours cette première odeur de plateau d’hôpital, douçâtre, aseptisée, vaguement salée ?
 
 
J’ai des amis qui déconnectent dans leur maison de campagne, tous les week-ends.
J’ai des amis qui déconnectent en faisant du sport (LOL).
J’ai des amis qui déconnectent au sein de leur famille (personnellement, j’ai l’impression d’avoir bouffé des fils électriques quand je vois la mienne, mais j’ai lu sur internet que certaines familles sont vraiment cools. A vérifier.)
J’ai des amis qui déconnectent en partant toujours au même endroit.
J’ai aussi des amis qui ne déconnectent jamais (#psychopathes).
 
Moi, je déconnecte en arrachant la prise, et en l’oubliant dans l’avion. Pour déconnecter vraiment, j’ai besoin de partir à l’autre bout du monde, sans trousse de toilette ni culottes de rechange, pour découvrir un nouveau pays, et ajouter une collection de Premières Fois à la bibliothèques de mes souvenirs. Car rien ne me rend plus heureuse que la nouveauté d’un sourire, d’un regard, d’un plat, d’un paysage ou d’une odeur.
Ca, et l’absence de wifi.
Et le fait de passer deux semaines maquillée au soleil, coiffée avec une fourchette et habillée comme un clic-clac Ikea – fonctionnel et lavable à 60 degrés, donc.
 
Tout ça pour dire que le Sri Lanka, c’était…
 
IMG_3740
IMG_3805
IMG_3831
IMG_3960
IMG_4449
IMG_4431
IMG_4368
GLSE5449
IMG_4523
IMG_4643
IMG_4645
IMG_3961
IMG_3821
IMG_4800
IMG_4398
IMG_4518
IMG_4514 IMG_4513
IMG_4519
IMG_4639
GHEO6260
XGYE7731
SHDU6768
IMG_4372
VRVL7833
PPDD9602
IMG_4693
IMG_4515
IMG_4368
IMG_4284
IMG_4528
IMG_4369
IMG_4069-2
IMG_4530
IMG_4389
FullSizeRender-11
JWLU3291
IMG_4652
IMG_4705
 
… parfait (soupir nostalgique et légèrement agaçant pour qui n’a pas pris de vacances depuis six mois).
 
Bah, je suis quand même heureuse de vous retrouver, va ! Et puis le Zara le plus proche était à deux fuseaux horaires : fallait que je rentre.
Mille baisers,
F.
 
PS : Oh, j’allais oublier de vous montrer mon bronzage pornographique ! (#pute)
 

IMG_4988#nofilter

 
Coucou Donatella Versace !