(Criiiiicriiiiiiicriiiiiiiii, grincent mes phalanges tandis que je déplie mes doigts pour vous écrire – ou est-ce mon cerveau ?)
((La reprise est dure, mes amours, oh, que la reprise est dure…))

C’était un bonnet péruvien ou une paire de sac à dos de hipster, en format standard pour vous, et en format mini pour Mini-You. J’ai longtemps hésité, avant de trancher en faveur de la paire de Kanken : ce blog est un média équitable et locavore, qui privilégie les produits de saison (et le WiFi au bois recyclé).

On m’opposera que Fjällraven, la marque qui édite les fameux sacs Kanken, est suédoise : rembourse le blog de proximité.
J’échec-et-materai que le Pérou, c’est encore plus loin que la Suède ; par ailleurs, Comptoir des Cotonniers est une marque française, ce qui situe notre affaire à mi-chemin, vers les Pays Bas, la Grande Couronne de la France.
Et voilà le travail.
Pour rappel à qui serait encore plus à l’ouest que moi (accrochée à un bout de bois au milieu du Pacifique, donc), Kanken est un modèle de sac à dos conçu par Fjällraven en 1978 pour soulager le dos des écoliers suédois, qui, à l’époque, se baladaient tous avec un sac en bandoulière. Gros succès local, jusqu’à ce qu’un jour, à la mi-temps des années 2000, un hipster américain de passage en Suède pique une épiphanie devant le dos d’un écolier : “Han, un sac à dos super moche qui irait trop bien avec mes chemises à carreaux / robes vintage et mes lunettes en pare-brise de Hummer !”
 
KANKEN
 
C’est ainsi que le Kanken devint ultra désirable, que Urban Outfitters en vendit comme des bonnets en forme de capote usagée, et que les trendsetteurs du monde entier l’adoptèrent.
 
2be5b0eb3b324d7d73cc03f05bd8e49f
20c34a5a5ad7
streetstyle3045
10400984663_4fe8b86f21_b
backpack-street-style-streetstyle-kanken-1
kankenlady
 
Pour la fête des mères, Comptoir des Cotonniers revient à l’essence du Kanken – son côté pratique et familial -, avec un sac à dos bleu Frenchy, décliné en format standard et en format mini, à partager et à échanger avec sa petite personne.
 

Estelle Marandon 1Estelle et sa fille, Stuttgart
Corinna BrixCorinna et son fils, Munich
Marie HocepiedMarie et sa fille, Bruxelles
playlikeagirletsafilleFanny (blog Play like a girl) et sa fille, Paris

 
Vous n’avez pas (encore) fabriqué de petite personne ? Moi non plus, mais je loue celle-ci à ses parents une semaine sur deux, et voyez comme le résultat est bucolique !
 
IMG_4416
IMG_4417

IMG_4418Aoooooooooooooooooooow…

 
Merci Milla, retourne dans ton donjon maintenant, et ferme la trappe derrière toi.
 
Vous en voulez ? Vous en pouvez !
Pour tenter de gagner un Kanken et un mini Kanken, dites-moi dans les commentaires ce que vous tenez de votre mère, et au contraire, ce que vous lui avez laissé.
Je commence : j’ai hérité de sa fantaisie et de son goût pour les voyages, le binge reading et les repas “chips au vinaigre-Haribo”, mais pas de sa patience ni de ses talents pour le jardinage, le tricot et la couture, hélas. Comme elle, je suis über maniaque du ménage, quitte à refaire les coins derrière la dame que je paie pour ça, mais qui le fait moins bien que moi – ceci dit, je ne refais pas les lits à l’hôtel. Et je sais faire la cuisine.
 
Résultats jeudi soir mes trésor(e)s !
Je vous embrasse fort,
F.