Est-ce le vernissage de la FIAC hier soir ? Le fait que ce matin, mon foie avait besoin d’une douche ? Toujours est-il que je me suis réveillée avec une gueule de chêne massif, et l’envie de minimalisme afférente dont je vous parlais l’autre jour.

(Les artistes boivent beaucoup. Personnellement, je ne peins pas, et dessine comme une enfant manchote affligée de strabisme : j’allais pas en plus casser l’ambiance et demander une Volvic, hein ?)
Diplômée de la Central Saint Martins de Londres en 2006, la Suédoise Anna-Sara Davik crée une mode intello, romantique, sévère, et dingue. On était faites pour nous entendre, elle et moi.
 
4_12text 4_7text 4_4text 4_21text 8_28text
 
 
J’aime particulièrement ses blouses inspirées de la Renaissance, et ses bijoux tarés, et pourtant évidents.
 
7_34text 7_21text 7_23text 7_31text 7_29text 7_30text 7_13text 7_38text_v2
 
5_1 7_25text 7_9text

Ces bagues d’ongles tiennent du génie !

5_15 5_14 5_18

Et que dire de cette broche-tube, qu’on peut remplir avec ce qu’on veut ?
5_29 GANTS !!

 
Ainsi donc, sa collection capsule pour &Other Stories, en boutiques et sur l’e-shop aujourd’hui, est la detox qu’il me fallait : épurée, mais piquée d’assez de détails dégénérés pour m’éviter un jet-lag artistique trop violent.
 
004_303259064
006_500660348
Picture 010
Picture 006
 
003_656477281
005_131805238
Picture 002
001_714180833
002_215730047
Capture d’écran 2014-10-23 à 6.14.02 PM

A-S Davik x & Other Stories, entre 25€ le bijou d’yeux (le serre-front ?), et 175€ le manteau kimono

Ne clignez pas des yeux si fort quand vous lisez, j’ai très mal à la tête.
 
Xo
F.