Est-ce parce que l’avenir de la France mijote à Bordeaux plutôt qu’à Paris ? En tout cas, le fief d’Alain Juppé pourrait être le nouveau Brooklyn, depuis que les hipsters ont troqué leurs t-shirts imprimés “I love New York” pour des versions imprimées “Bordelaise”, “Aixoise”, “Lyonnaise”, voire carrément “Lilloise”. Comme dans “I love Lille”.

Non mais, LILLE, quoi * !
wow-editorial3-moda-wow-revista-magazine-editorial-de-moda-fashion
Bison Futé serait-il le nouveau noir ? En tout cas, il semble qu’il y ait bel et bien une vie derrière le périphe, ce qui confirmerait les hypothèses de la sonde Rosetta.

tee-shirt-tropezienne
tee-shirt-marseillaise tee-shirt-nicoise tee-shirt-lyonnaise tee-shirt-lilloise tee-shirt-biarrotte tee-shirt-bordelaise tee-shirt-calvaise tee-shirt-cannoise tee-shirt-aixoiseT-shirt en coton imprimé, 29,90€, TRIAAANGLES @Modernists.fr
(La collec’ manque de Bretagne, non ? Et d’Alsace-Lorraine !)

 
Marrant, ce chauvinisme micro-régional affiché par de plus en plus de jeunes marques branchées… Comme si le besoin de proximité, de racines et de valeurs communes avait remplacé l’envie d’exotisme (voilà que je parle comme le JT de 13h, moi…).
 
Comme si le fait d’être fière de ce que l’on connaît, c’était désormais plus snob que de rêver d’ailleurs. Comme s’il était désormais permis de dire qu’on n’est pas née à Saint-Germain comme tout le monde mais à Dijon, sans pour autant que notre swag fonde sous la pluie, mais s’en trouve au contraire ravivé. Comme si le fait d’assumer et de s’approprier les clichés sur la ville d’où l’on vient, c’était ça, le nouveau cool.
 
Moi qui suis née dans un bled en Allemagne (province compte triple, échec et mat aux Deschiens), quelque part, cela me réjouit.
 
Reste qu’il n’existe pas (encore) de t-shirt imprimé « Bade Badener », et que de toute façon, je me sens mille fois plus parisienne que bledarde teutonne. Bah, aimer sa ville d’adoption, ça compte aussi.
 
J’opterais donc pour ce tiche, parce que j’avoue j’assume être toujours en retard, de mauvaise foi, obsédée par la bouffe et la mode, clopeuse et picoleuse indécrotable, coiffée avec une fourchette, stressée même quand je dors, boulimique d’activités sociales et culturelles, et piètre conductrice.
 

Capture d’écran 2015-06-08 à 20.18.16T-shirt en coton imprimé, Être Cécile, 96€

 
Mes soeurs quasi-parigotes, retrouvez toute la collec’ “Presque parisienne” des deux californiennes de Etre Cécile ici.
 
Et vous, quel t-shirt porteriez-vous fièrement ?
Je vous embrasse fort,
F.
 
 
* du calme, valeureuse peuplade du Nord ! J’adore le Pas-de-Calais. En tout cas, j’en ai entendu parler un jour, et ça avait l’air super.