Pénélope, qui broda pendant vingt ans pour tromper les fourmis qu’elle avait dans la culotte en attendant le retour de son mari Ulysse, doit se retourner sur sa fameuse tapisserie : ” ‘tain ‘foiré, si j’avais su, je me serais inscrite sur Tinder !”

 
Les jeunes féministes sont en effet de plus en plus nombreuses à se réapproprier ce loisir désuet, qui sent un peu la Comtesse de Ségur et la Manif pour tous. En Anglo-saxonnie, le phénomène a même un nom – le “craftivisme” (“craft” : fait main + “activisme” -, depuis que l’anglaise Betsy Greer y a consacré une thèse en 2004, et un livre paru en 2014.
 
 
Dans la lignée des artistes militantes du Feminist Fiber Art, un courant artistique de moins en moins outsider qui détourne les loisirs traditionnellement féminins (tricot, couture, etc.), les craftivistes militent avec leurs dix doigts, et utilisent le point de croix pour dénoncer avec humour le patriarcat.
 
La jeune artiste anglaise Zoe Buckman interroge ainsi les rapports contradictoires entre le féminisme et le hip hop, en brodant les paroles des hits de Tupac et Notorious B.I.G sur des sous-vêtements vintage des années 40 à 60. La série, baptisée “Every curve”, est exposée en ce moment à Los Angeles.
 
14762916073_4b96ff9a31_c
14742761402_d9ca377fc5_c
14720057676_5e076cd0d4_c
14556594957_621cb50ab2_c
 
Mais les craftivistes sont également de plus en plus actives sur les réseaux sociaux. Mention particulière à Lauren Singleton, “brodeuse à Brooklyn et désespoir de sa mère depuis 2012” comme elle se définit elle-même ^^, qui s’est fait connaître sur Instagram grâce à ses adorables doigts d’honneur aux Donald Trump de tous âge, religion ou bord politique, vendus sous la marque “Yes Stitch Yes” (stitch = “broder”, en VO).
 
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.47.42
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.47.18
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.46.56
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.46.38
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.43.22
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.42.04
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.43.22
Capture d’écran 2016-04-30 à 19.43.10
 
 
Autre big up à Iva, la jeune croate derrière RedWorkStitches
 
il_570xN.966320226_ctrw
il_570xN.985128627_95z4
il_570xN.966664154_dmwg
il_570xN.1004051419_tusa
 
… ainsi que pour Stitch, Witch & Co, et l’anglaise Lauren Moreno, qui crée d’irrésistibles patrons à Do-Iter Yourself sous la marque Plastic Little Cover :
 
Capture d’écran 2016-05-01 à 11.21.18 Capture d’écran 2016-05-01 à 11.21.02 Capture d’écran 2016-05-01 à 11.20.45

Capture d’écran 2016-05-01 à 11.20.33(c) Stitch, Witch & Co

il_570xN.767180263_95nw il_570xN.747947772_dpus il_570xN.725213131_768j il_570xN.583984114_5qn0(c) Plastic Little Covers

 
Le craftivisme a même conquis le plus grand eshop mode du monde ! Depuis vendredi, Asos vend en effet les kits d’Innocent Bones
 
image3xxl
Capture d’écran 2016-04-30 à 20.06.32
Capture d’écran 2016-04-30 à 20.06.11

Capture d’écran 2016-04-30 à 20.05.54Kit point de crois à faire soi-même, Innocent Bones, 16,99€

 
 
Comme moi, vous avez deux mains gauches de lépreux paresseux – et accessoirement, des lacunes en anglais -, mais quand même envie d’en être ?
 
Les français de Ta Gueule et Brode livrent leurs exquises broderies interdites aux moins de 12, 16 ou 18 ans, encadrées et prêtes à trôner sur votre bibliothèque…
 
Capture d’écran 2016-05-01 à 09.41.00
Capture d’écran 2016-05-01 à 09.40.48
Capture d’écran 2016-05-01 à 09.40.38
Capture d’écran 2016-05-01 à 09.40.27

Capture d’écran 2016-05-01 à 09.40.12Broderie coton sur canevas, encadrée, 59€, vendue @La Ruche, 34 rue des petites Ecuries, Paris 10

 
Personnellement, j’ai craqué pour les mignonneries acidulées de Marius à Paris,  vendues notamment chez Dante et Maria, derrière lequel se cache une psy passionnée de point de croix (just my fuckin’ cup of tea ^^ !!!).
 
IMG_6126
 
Bon dimanche les amours !
Love,
F.