Project Description

La masculinité selon la Ligue du LOL, ou comment ne plus être un “vrai mec” en 2019

 

Balançons un scoop : les hommes ne sont pas tous les mêmes #AlbertLondres. Certains savent faire la différence entre le harcèlement et l’humour dès l’âge de 5 ans, et d’autres ne savent toujours pas à trente ans bien sonnés. Comment expliquer cette curieuse inégalité ?

Cet article a été publié initialement sur ChEEk Magazine le 14 février 2019

Libération, qui a révélé le scandale de la Ligue du LOL mais emploie deux de ses membres fondateurs aujourd’hui mis à pied, consacrait mardi sa Une à ce qui ressemble très fort à un mea culpa public qui s’étend bien au-delà des murs de sa rédaction. En effet, c’est tout un système médiatique qui est mis en cause aujourd’hui, un système qui pendant des années a permis à une brigade de journalistes et de communicants aux idées censément progressistes de confondre humour et harcèlement sexiste, raciste et/ou homophobe en toute impunité et bonne conscience. Tandis que des dizaines de victimes de cette “élite du LOL” composée de “gens brillants”, selon les termes de Henry Michel, l’un de ses membres contraint au repentir public vendredi, témoignent des raids d’insultes et de menaces qui ont eu un impact sur leur santé psychologique et sur leur carrière, les médias et les réseaux sociaux s’interrogent: qui, comment, pourquoi des intellos de gauche ont-ils collé des visages de femmes journalistes et de blogueuses sur des images pornographiques pour les diffuser sur Twitter? Pourquoi n’ont-elles rien dit? Pourquoi les hosties qui étaient solidement vissées entre les paupières des médias ne leur tombent-elles des yeux qu’aujourd’hui, près de dix ans après le commencement des faits?

Première hypothèse: parce que les boss des médias qui s’émeuvent aujourd’hui de ce qu’ont fait des mecs CSP+ blancs et hétérosexuels sont pour la plupart des mecs CSP+ blancs et hétérosexuels, ce qui ne facilite pas le recul et ne permet donc pas toujours de décoller l’horizon de sa propre cloison d’open space. Mais cette hypothèse n’est évidemment pas une explication: tous les hommes CSP+ blancs et hétérosexuels ne se comportent pas comme des tyrans de bacs à sable, heureusement, sans quoi la cohabitation sur cette planète serait infernale -déjà que la vaisselle a tendance à voler facilement… Faire le procès de l’hétérosexualité masculine blanche et aisée serait donc commettre un raccourci dangereux et contreproductif.

Alors quoi? La vraie question, c’est celle-ci: qu’est-ce qui différencie les mecs qui considèrent le harcèlement comme un sport rigolo et les autres? Au-delà de la Ligue du LOL qui ne concerne “que” un microcosme parisien, qu’est-ce qui distingue les mecs qui trouvent qu’on exagère vachement avec cette histoire, ceux qui soupirent “t’façon, on peut plus rien dire!” et ceux qui trouvent néanmoins des trucs à dire sans insulter les femmes, les homosexuel·le·s et/ou les personnes racisées, même sans chercher trop loin, même sans faire un violent effort d’imagination? Concrètement, qu’est-ce qu’il y a dans la tête des mecs qui disent “bah elles avaient qu’à porter plainte!” qu’on ne trouve pas dans la tête de ceux qui savent que porter plainte contre une bande de journalistes et d’influenceurs en vue requiert une énergie, une confiance en soi, un temps et des moyens financiers dont ne disposaient pas les pigistes et les blogueuses concerné·e·s?

“L’éducation”, répondra-t-on sans doute. Sans doute, en effet, mais pas que, car ce serait là faire peser l’entière responsabilité du comportement d’adultes sur les épaules des parents. Or c’est le moment de rappeler que nos parents ne sont pas responsables de tout: on n’est pas des amibes téléguidées par notre instinct et notre éducation, on est des êtres humains dotés d’un cerveau autonome immergé dans un environnement social, culturel, personnel et professionnel. L’éducation compte, naturellement, mais selon Raphaël Liogier, philosophe et sociologue, enseignant à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Province et auteur notamment de Descente au coeur du mâle, elle n’est pas seule responsable: “Les hommes incriminés ont tous des positions en vue dans des médias intellectuels de gauche (NDLR: Libération, Slate, Les Inrocks, notamment), ils sont donc identifiés et s’identifient eux-mêmes comme progressistes et pro-féministes et ont sans doute été élevés avec ces idées, exactement comme Harvey Weinstein qui soutenait publiquement Hillary Clinton et la cause des femmes. C’est ce que j’appelle le paradigme Bertrand Cantat: un homme qui en apparence souscrit aux principes féministes mais n’a manifestement pas réglé ses fantasmes de domination vis-à-vis des femmes.

Et notamment des femmes qui prennent la parole, donc qui sortent du rôle passif dans lequel la culture patriarcale les a maintenues pendant des siècles. Car ce ne sont pas n’importe quelles femmes qui ont été moquées, humiliées et harcelées publiquement: ce sont des journalistes et des blogueuses, des femmes qui prennent symboliquement un bâton de parole que certains hommes ne veulent pas prêter. Une attitude typique des boys clubs qui sévissent dans toutes les sphères professionnelles, et qui selon l’écrivaine Martine Delvaux, professeure de littérature des femmes à l’Université du Québec et autrice de Les filles en série -Des Barbie aux Pussy Riot, consiste à garder le pouvoir entre hommes, à le partager, l’asseoir et l’étendre contre celles et ceux qui ne leur ressemblent pas et cherchent à se faire une place. Plus qu’une attitude: un système qui relève de l’évidence pour des hommes qui ont tous agi publiquement sous leur véritable identité, sans le paravent de l’anonymat dont se servent habituellement les trolls -c’est dire leur sentiment d’impunité. Voilà qui nous amène à la question de la “blague” de “gamins”. Quelle est la différence entre les hommes qui évoquent “une blague qui a dérapé”, dixit Henry Michel, un “jeu” dont ils n’ont pas mesuré les conséquences, et ceux qui estiment qu’une humiliation publique n’a rien d’une blague, surtout pour la victime? Entre ceux qui s’excusent du bout du gland et ceux qui assument la responsabilité de leurs actes? Qu’est-ce qui distingue les mecs qui se prenaient pour des caïds hier et se retranchent aujourd’hui derrière une “potacherie”, et ceux qui en ont leur claque que des adultes jouent le joker de l’immaturité dès qu’ils ont à répondre de leurs actes?

La fameuse “crise de la masculinité” que certains semblent pourtant traverser facilement et sans brassards canard? Invitée de l’émission Le téléphone sonne sur France Inter lundi dernier, la cofondatrice du collectif Féministes contre le cyberharcèlement Laure Salmona a une autre théorie: “Dans les excuses des membres de la ligue du LOL sur Internet ou les propos de ceux qui ont minoré leurs agissements, on retrouve souvent les arguments  ‘ils étaient immatures’, ‘c’était des blagues’, ‘des erreurs de jeunesse’, or toutes ces personnes avaient une vingtaine d’années, donc c’était des adultes. J’ai remarqué que souvent, quand les hommes disent ‘quand j’étais môme’, en fait ils avaient vingt ans. Moi quand je dis ‘quand j’étais môme’ j’avais 8 ans! La socialisation et la responsabilité de ses actes est très différente selon qu’on soit une femme ou un homme. Les femmes et les personnes minorées comme par exemple les hommes non blancs apprennent à être responsables de leurs actes très tôt, mais les hommes qui ont beaucoup de privilèges, comme ceux dont on parle -des privilèges de classe, d’ethnie, de genre et d’orientation sexuelle- n’ont pas à répondre de leurs actes, car on ne leur a jamais demandé de compte.” L’ambivalence de cette masculinité à la fois toute puissante et immature pose question, tout comme sa nature-même. Selon Raphaël Liogier, “les hommes construisent leur virilité à travers leur vision du corps des femmes. Traditionnellement, un homme viril est actif tandis que l’éternel féminin est passif. En humiliant les femmes qui sont ‘actives’ sur internet ou dans la presse, en produisant notamment des images pornographiques, les membres de la Ligue du LOL les renvoient à leur passivité ‘originelle’ qu’ils estiment ‘naturelle’. Pour certains hommes, la masculinité, c’est d’abord un rapport de force dont il faut sortir vainqueur par tous les moyens, fussent-ils peu glorieux.” C’est aussi la raison pour laquelle Vincent Glad, le fondateur et l’un des membres les plus actifs de la Ligue, s’excuse sur Twitter en disant “avoir eu peur de passer pour un mec pas cool”, comprendre “un mec dominé” s’il était intervenu, alors que bon nombre d’hommes trouvent surtout “pas cool” de harceler les femmes.

La différence entre ces hommes ne tient finalement qu’au degré de toxicité de leur masculinité, qu’il appartient à chacun de doser en réfléchissant non plus en termes de culpabilité individuelle mais de responsabilité collective. Autrement dit, la question n’est plus de changer le moteur en s’excusant mais de comprendre pourquoi il s’enraye régulièrement. La première étape d’une saine detox viriliste parfaitement indolore dont certains hommes, de plus en plus nombreux, apprécient déjà les bienfaits, consiste à passer du “on n’est pas tous comme ça” à “pourquoi certains continuent d’être comme ça?” Et à chercher activement la réponse dans tous les coins, même ceux où ils ne regardent jamais.

Illustrations : Séverin Millet pour Le Monde