J’avais haussé un sourcil courtois lorsque la collection de Chiara Ferragni tsunamisa les réseaux sociaux, au début de l’année – mes commissures avaient même sursauté devant ces bottes vernies rouges, que j’aurais toutefois préférées encore plus littérales, rouges et blanches, et le haut de la tige pointu. Mais en vérité, je m’en tapais à peu près aussi fort que de la biographie de Nabilla : en matière d’icône de mode aux super pouvoirs, je suis nettement plus Sailor Moon ou Super Nana que Wonder Woman, a priori trop gériatrique pour moi, qui suis si jeune – presqu’une enfant.
 
Et puis il y a eu la collection capsule de Valentino. Et puis les cuissardes de Wonder Woman 2.0., et son nouvel uniforme, moins pop, plus gothique, très Game of Thrones. Et puis Gal Gadot, la sublime actrice israélienne au physique d’égérie L’Oréal, qui interprète le rôle titre dans le premier biopic consacré à la pionnière des super héroïnes. Et puis la collection de make-up vendue exclusivement aux Etats-Unis, dans les supermarchés Walgreens, et puis les t-shirts Mango, et Under Armour, la marque de sportswear qui débuzze Lulu Lemon… Et depuis, je vois Wonder Woman partout.
 
Et bien entendu, je veux en être (#bêêêêêêh). Mais comment résister à ces bagues, aussi ?!?
 

wonder-finalLynda Carter, en 1975
Wonder-Woman-Gadot-Carter-02Gal Gadot, en 2016 (BOTTES ^^ ! Jambes, aussi, mais BOTTES !!)
'Batman V Superman: Dawn Of Justice'- European Premiere - Red Carpet                      En Prada, à la Première Londonienne de Batman Vs Superman, le 22 mars
Gal-Gadot-Criminal-UK-Movie-Premiere-Red-Carpet-Fashion-Victoria-Beckham-Tom-Lorenzo-Site-1En Victoria Beckham, à la Première de Criminal, le 8 avril

 


 
 
 
Le film, dont le tournage s’est achevé cette semaine après une halte à Paris début mai, sortira sur les écrans le 2 juin 2017. La Wonder Womania ne fait que commencer…