Tandis que la fashion week de New York et la réhab’ sociétale de Jérôme Kerviel battent son plein, un ingénieur invente le premier bracelet connecté pour pénis.

bondara-connected-sexfit-3

 
Et ça mes chéries, ça mérite que je me gare en double file pour philosopher deux minutes sur l’état d’une société capable d’engendrer un être humain qui, un jour, s’est réveillé en s’écriant : “Hey, et si je connectais ma bite sur les réseaux sociaux, pour voir ?”
… un être humain qui a persuadé d’autres êtres humains de mettre au point un bracelet pénien baptisé “Bondara” (existe en rose et en noir : pour les filles et pour, heu, Barbamama ?), connecté en bluetooth et en wifi, qui vibre, mais surtout, qui stocke, analyse et partage les données (très) personnelles de l’utilisateur sur les réseaux sociaux (“Salut les gars, t’as le bonjour de ma bite” : sérieusement ?!?).
… un être humain qui pense, légitimement peut-être, que certains de ses congénères enthousiastes s’enfileront cet objet révolutionnaire sur la nouille, pour “comparer et améliorer leurs performances”, “recevoir des conseils pendant l’entraînement” (je jure que le communiqué dit : “pendant l’entraînement” : puisse Dieu avoir pitié de l’attaché de presse), et “recevoir et donner des évaluations”.
“Recevoir et donner des évaluations”.
“Recevoir et donner des évaluations”, whaouh ! Comme dans “The Voice” ! Et le vainqueur gagne quoi ? Un tour gratuit ?
Le progrès a une drôle de gueule (de bois).
Bonne semaine, sans les mains,
Fiona
 

2014-09-09T14:49:19+00:009 septembre, 2014|

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.