En mode, il y a deux catégories de tabous : les interdits-interdits, que j’appellerais les “interdiaboliques”, soit les looks 100% injouables jusqu’à la mort (pour moi : les talons compensés, les imprimés fleurs, le moutarde et les cols Claudine), et les interdits-sexy quand même – disons, les “interdiapason” -, qui m’attirent autant qu’il me font peur.

Le bracelet de cheville fait partie de cette dernière catégorie (avec la jupe plissée, la salopette en jean et le bermuda, puisque vous me le demandez).
 
D’un côté, le bracelet de cheville crie “cagole”, surtout quand il est porté avec un tatouage de salamandre, des sandales compensées en liège et un teint de gouda, de l’autre, c’est quand même l’accessoire qui raconte le mieux les vacances, les cigales, la plage et les cheveux plein de sable. Je lui ai donc cédé tout l’été, ou plus exactement, j’ai multiplié les bracelets de cheville comme une blogueuse les fautes de français, sans vergogne ni mesure : perles, chaînes de cheville, bandanas , bracelets brésiliens, merdouilles en caoutchouc, allez hop, en accumulation autour des deux pattes, et plus j’avais l’air d’un pigeon frivole, plus j’étais heureuse.
 
IMG_6696
IMG_6695
IMG_6694
 
A la ren… à la rent… à la reeeeeentrr… àlarentré, j’ai décidé de continuer le bracelet de cheville, pour conjurer septembre qui se la pète avec ses feuilles mortes et ses nouveaux cahiers, et simuler les vacances jusqu’à ce que mon bronzage se barre avec l’eau du bain.
 
Les jours que la météo est de bon poil, je continue les bracelets à perles, sauf qu’au singulier (ou au pluriel léger, en tout cas pas au superlatif), que j’assortis avec une robe brodée et une accumulation de bracelets sur le poignet, comme en vacances, sauf que je me coiffe et que j’enfile des baskets et un blouson en cuir, pour urbaniser l’affaire.
 
IMG_6689
FullSizeRender
IMG_6692
 
… Et quand la météo fait sa pute, j’ai très envie de ce bracelet Chloé, redoutable avec un fute raccourci (surtout pas de jupe) et des baskets, voire des Richelieu type Zizi de Repetto, et une marinière. Ou un pull un peu brut, en gros coton. Voyez le genre ?
GYG050_1_xl

543847_fr_ppBracelet de cheville “Frankie”, Chloé, 365£

 
Et vous, vous continuez vos looks d’été à la ren… à la rentruc, là ?
 
Des béc’,
F.
 
[show_shopthepost_widget id=”984306″]